Déprogrammation des mémoires cellulaires et karmiques

Déprogrammation des mémoires cellulaires et karmiques

La majorité des personnes qui viennent me voir me disent « j’ai fait un travail sur moi, je comprends quel est mon problème mais je n’arrive pas pour autant à changer ma façon de fonctionner. Elle revient malgré tout de manière récurrente ».
A cela je réponds que « c’est normal », car l’analyse et la compréhension du problème ne suffisent pas à faire changer votre réalité extérieure. Tout simplement parce que toute l’information bloquante est cristallisée dans les cellules de votre corps, ce qui vous maintient dans un ancien schéma répétitif.
> L’analyse et la compréhension du problème ne suffit pas pour changer de manière concrète votre réalité extérieure.

D’ailleurs, cela ne vous arrive-t-il pas parfois de vouloir quelque chose avec votre tête, mais votre corps vous amène à vivre le contraire ? (Ex : vous savez avec votre tête que vous devez vous séparer de cette personne, mais vous restez quand même).
> Votre réalité est donc conditionnée par votre corps, et ce de manière inconsciente de par vos mémoires cellulaires.

Nous pensons être maître de notre réalité, avoir le contrôle de notre vie, faire des choix selon notre cœur... c’est l’impression que nous avons, mais la réalité c’est que nous fonctionnons tous en mode automatique. Toutes nos mémoires passées sont tellement imprégnées en nous que nous n’avons plus conscience de nos choix, de notre mode de fonctionnement.
> Tout cela est tellement ancré en nous que nous sommes convaincus que tout cela est la simple réalité.

La déprogrammation des mémoires cellulaires est un moyen qui permet :De créer un changement possible, ici et maintenant.

- De rompre les chaînes de ces schémas récurrents passés et d’en être libéré(e).
- D’être dans une ouverture de conscience
- De reprendre pouvoir sur notre vie et la dessiner selon nos désirs et nos envies
- D’être maître de notre réalité.

1. Qu’est-ce-que les mémoires cellulaires ? quels sont leurs impacts sur notre vie courante ?

La compréhension de notre mécanisme humain est indispensable pour savoir comment effectuer le changement en nous.

Un tas d’information sont enregistrées dans nos cellules dès notre conception, notre grossesse, notre naissance, notre petite enfance, et aussi à travers l’éducation que nous avons reçue, notre héritage familial, notre culture, notre religion, nos expériences vécues...
Ces informations sont pour la plupart des croyances que nous avons reçues.
Ces croyances vont créer des systèmes de pensées qui nous poussent à faire certains choix, à adopter certains comportements, à orienter nos expériences et à générer certaines émotions.
C’est la répétition de ces systèmes de pensée, ces comportements et ces émotions qui vont créer des habitudes qui vont être mémorisées dans notre corps sous forme de programme inconscient et qui se met en route automatiquement dans notre quotidien.

L’être humain est contrôlé par son inconscient qui représente 90% des fonctions neuronales du cerveau. Pour donner une image, le processus de l’inconscient représente la partie immergée de l’iceberg, tandis que la conscience ne serait que la partie émergée de l’iceberg.
La majorité de nos pensées et de nos actes sont déclenchés de manière automatiques.
Nous perdons donc notre libre arbitre au profit des programmes des mémoires cellulaires passées. Le corps est donc plus fort que l’esprit. Joe Diepenza le dit « Le serviteur est devenu le maître ».
Une personne a beau dire « Je veux être heureux », elle fait l’effort de se remettre en question, ça ne marche pas car le corps “la mémoire cellulaire” est sur un programme complètement différent.

Ce qui nous amène à mieux comprendre le mécanisme de notre inconscient pour mieux l’appréhender.

J’aime beaucoup la métaphore de Maxwell Matz qui dit que « l’inconscient est comme un missile autoguidé essayant d’atteindre sa cible », c’est-à-dire que l’inconscient essaie d’atteindre un but qui aurait été introduit consciemment ou inconsciemment.
Il est donc bon de savoir que toutes les croyances que nous possédons conditionnent le but que nous devrions atteindre. Nous agirons donc inconsciemment en respectant cette croyance et son but.
Ex : « Je grossis, si j’arrête de fumer. »
Inconsciemment, le corps va demander de la nourriture lorsque la personne va arrêter de fumer.
« Il faut travailler dur, pour gagner de l’argent »
Inconsciemment, le corps va se mettre en hyperactivité pour gagner de l’argent.

Par ailleurs, inconsciemment, nous aurons aussi tendance à vouloir tordre la réalité extérieure pour qu’elle corresponde à ce qui est programmé dans notre réalité intérieure. Nous allons chercher un angle pour aborder la situation de telle sorte que cela corresponde aux réseaux neurologiques de notre cerveau.
Ex : Nous aurons tendance à utiliser nos ami(e)s pour exprimer notre dépendance à la trahison.
Nous aurons tendance à utiliser nos ennemis pour exprimer notre dépendance à la haine.

=> Notre quotidien est donc dirigé par « un ancien moi » conditionné par les informations qu’il a reçues dans le passé, et qui vit la vie du « moi présent », et du « moi du futur ».

Comment pensez-vous que le changement puisse se faire si tel est notre fonctionnement ? si nos repères de changement sont les mêmes que celles du passé ?
Vous comprendrez donc que construire un futur différent vous amène à être en conscience de votre propre programmation interne ici et maintenant, et la transformation est possible à travers la déprogrammation de nos mémoires cellulaires.
C’est quand nous sommes dans une situation inconfortable que nous pouvons voir qu’un programme se déclenche parce que nous ne voulons pas être conscient à ce moment-là, parce que la réalité d’ici et maintenant ne correspond pas à un schéma passé.
Tout ce qui est inconscient devient conscient dans la matière, dans l’expérience que nous traversons.

EXEMPLE SITUATION CONCRÈTE :

PENSÉE :
J’ai une croyance qui dit que « tout se repose sur moi parce que l’autre n’est pas fiable et de confiance. Je suis abandonnée à mon propre sort », un schéma familial transmis dans mon éducation.

COMPORTEMENTS :
Je ne vais pas demander de l’aide.
Je refuse l’aide qu’on m’apporte, je veux m’en sortir seule.
Énergie de lutte et de survie.

HABITUDES INCONSCIENTES :
L’information est tellement ancrées que ça fait partie de ma personnalité :
« je suis battante », « je suis courageuse », « je suis forte », « j’ai du mérite »
*ces traits paraissent comme des qualités, et pourtant naissent d’une croyance limitante.

JE CRÉE MA RÉALITÉ EXTÉRIEURE EN FONCTION DE LA VIBRATION DE MES MÉMOIRES CELLULAIRES
Tout est vibratoire donc je vais créer des situations qui répondent à ma vibration.
=> Je vais créer des situations où personne ne va m’aider pour que je puisse avoir la preuve que je ne peux compter que sur moi.
ex : Je divorce avec le père de ma fille -> j’élève ma fille seule, pension alimentaire au minimum => je dois m’en sortir seule.
Je décide de faire des formations, le CIF refuse mon dossier => je dois m’en sortir seule.

2. Pourquoi la déprogrammation des mémoires cellulaires est-elle si puissante et efficace ? quels sont les effets bénéfiques ?

La déprogrammation des mémoires cellulaire c’est la déprogrammation de nos mémoires inconscients. C’est la raison pour laquelle c’est un moyen efficace et rapide pour créer le changement dans notre vie.

La compréhension et l’analyse du problème (qui, quoi, quand, pourquoi ...) ne suffisent pas pour changer les situations inconfortables. En effet, le mental dans son mode de fonctionnement analyse et puise les informations dans nos mémoires passées. Ce qui veut dire que notre mental n’est pas le moyen qui nous permet de résoudre une situation ici et maintenant. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous tournons en rond. (Cf. Conférence sur le mental -> aller dans la rubrique « accompagnement en ligne » du site).
De plus, la compréhension de ce qui cause la situation n’est pas forcément nécessaire pour poser une action concrète.
Le « pourquoi vous vivez la situation» importe donc peu, ce qui compte c’est le « comment faire pour vous sortir de là ».

C’est la conscience de ce qui se joue dans l’inconscient qui va vous permettre de déprogrammer les mémoires cellulaires. Il est donc indispensable d’être observateur(trice) de vos propres mécanismes inconscients.

Nous l’avons bien compris, tout ce qui est inconscient devient conscient dans la matière.
Il nous suffit donc d’accepter de nous voir tel que nous sommes dans notre quotidien, d’accepter de voir à l’intérieur de nous nos abîmes, d’accepter de voir comment nous faisons pour ne pas nous choisir et nous aimer, d’accepter de voir comment nous ne prenons pas soin de nous. Cela demande de l’humilité et de la transparence vis-à-vis de soi-même.
Tout ce qui est vu, reconnu et accepté réveille en soi la volonté d’une mise en mouvement vers le changement.

Accepter de voir ce qui se joue pour nous implique de nous sentir responsable de l’inconfort qui s’est réveillé en nous, et aussi de prendre conscience que nous avons le pouvoir de changer ce mécanisme.
La déprogrammation se fait en transformant cette croyance négative en croyance positive et nourrissante, en changeant notre comportement, et en transformant nos émotions.

Bien sûr, cela nous demande d’avoir le courage de rompre les règles morales, les principes qui nous ont été transmises durant notre enfance et à notre insu. Cela nous demande donc d’accepter de désobéir, de savoir poser nos limites, de savoir dire « non », de prendre notre place, de déplaire, de se détacher du jugement et du regard de l’autre... et ce afin de se détacher de notre « ancien moi », et d’oser être dans cette liberté d’être soi ici et maintenant.

Puis, il nous suffit d’ancrer ce nouveau schéma par la répétition afin de créer de nouvelles habitudes, et donc un nouveau circuit neuronal qui s’inscrit dans notre cerveau, dans l’inconscient. Un nouvel automatisme se crée, une nouvelle réalité est possible !

La déprogrammation des mémoires cellulaires est une invitation à l’adulte libre que nous sommes à prendre le pouvoir et les rênes de notre espace de vie.
Vous pouvez tous/toutes en toute autonomie en faire la pratique.

La méditation est un moyen efficace pour avoir cette lecture de nos blocages inconscients. Elle permet d’être en conscience, de prendre cette distance pour observer ce qui se joue vraiment.

Parfois, il nous est difficile d’avoir la lecture de ces mémoires inconscientes étant trop pris(e) par nos émotions. Nous n’avons pas la distance nécessaire, à ce moment-là, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un thérapeute qui a cette pratique.

3. Comment se passe une séance de déprogrammation des mémoires cellulaires et karmiques :

La déprogrammation se fait sur plusieurs paliers. Je m’adapte selon vos besoins.

Soit la déprogrammation se fait à travers un échange et la lecture de vos inconscients.
Je vous ramène la mémoire inconsciente pour vous permettre de vous voir. Puisque cette mémoire provient de l’inconscient, il vous arrivera parfois qu’elle ne résonne pas pour vous. C’est normal, car si vous l’auriez su, vous auriez fonctionné différemment.
L’idée n’est donc pas d’être d’accord ou pas, l’idée pour vous, c’est d’accepter de voir ce que vous empêche de faire autrement.
Pour amener votre système à se déprogrammer, je vais emmener de la clarté dans votre propre mécanisme. Cela va vous permettre de vous comprendre.
Plus nous avançons dans notre échange et plus votre système va bouger, jusqu’au moment où le circuit est fluide. Chose que je vérifie en me connectant à vous.

Soit la déprogrammation se fait à travers un échange, la lecture des mémoires cellulaires et s’il y a de la résistance, je vous fais un soin énergétique par l’imposition des mains.

Soit la déprogrammation se fait à travers un échange, la lecture des mémoires cellulaires et s’il y a de la résistance, je vous fais un soin énergétique en allant voir dans les vies antérieures (karmiques).

Si besoin, je vous donne des outils ou des exercices à faire pour que vous initiez votre propre changement.

No Comments

Post a Reply